Pérégrinations au Kgalagadi Transfrontier Park

                                         

Jour 5, Nossob





  C'est l'orage qui nous réveille ce matin, il pleut. En fait, la pluie s'arrête rapidement, et nous profitons de l'absence de poussière pour partir direction Nord afin d'explorer la piste jusqu'à Grootkolk. Nous somme dans la partie du KTP qui est la plus réputée pour abriter une grande quantité de lions

  Sur le chemin, notre attention est attirée par de nombreux vautours. C'est la première fois que nous en voyons et j'en compte une trentaine au sol et autant dans les arbres. Visiblement, la curée est finie. Des véhicules sont arrêtés sur le bord de la route; on nous fait de la main le signe 4, que nous traduisons par 4 lions. Ils sont très loin et la visibilité est tellement limitée à travers les buissons que nous repartons. A cet endroit, il aurait fallu un véhicule beaucoup plus haut.

  Juste avant le coin piquenique de Lijersdraai, un oiseau vient à notre rencontre et attend que la voiture s'arrête pour s'approcher.
  Calao à bec jaune:
Calao à bec jaune

  Et là, nous avons droit à toute la panoplie des pitreries qu'ils sont capables d'exécuter pour notre plus grand plaisir, car ces oiseaux sont capables d'exprimer une forte personnalité:
Calao à bec jaune

  En fait, nous ne savons pas s'il s'agit d'un comportement de parade ou d'un jeu:
Calao à bec jaune


Calao à bec jaune


Calao à bec jaune

  Au point d'eau de Lijersdraai, nous faisons connaissance avec les aigles bateleurs, le brun a encore son plumage juvénile.
  Aigles bateleurs ou bateleurs des savanes:
Aigles bateleurs ou bateleurs des savanes

  Perché sur un acacia en fleur, un Circaète Jean le blanc:
Circaète Jean le blanc

  C'est un très bel endroit mais nous devons rentrer.
  Toute cette partie du Nossob nous a semblé très riche en faune, mais il n'y a pas de visibilité car la piste se trouve légèrement en contrebas, les bas-côtés en hauteur et plantés de buissons, comme si le sable de la piste avait été systématiquement poussé de côté par une lame, au fil des ans.
  Nous verrons un autre lion, très proche de la piste cette fois, mais lui aussi masqué par la végétation. Il est en compagnie d'une autruche qui, visiblement, n'est pas ici de son plein gré...nous ne sommes pas dans un dessin animé.

  Au passage, nous stoppons à Cubitje Quap qui deviendra notre trou d'eau favori, tant il est vrai que trouver un endroit riche en faune, exploitable avec les lumières du matin et du soir, et proche d'un village est une rareté au KTP.
  Un Vautour oricou passe mais ne se pose pas:
Vautour oricou

En attendant la bonne fortune d'une rencontre, nous prenons tout ce qui bouge, il y a des souris rayées et ce
  petit Gecko:
petit Gecko


        précédent                                           suivant     Haut de page