Pérégrinations au Kgalagadi Transfrontier Park

                                         

Jour 6, de Nossob à Mata Mata





  Dans les camps, il y a une carte magnétique avec des symboles à disposition qui permettent de visualiser l'emplacement des animaux rencontrés dans la journée. C'est très pratique pour savoir où aller, mais les animaux peuvent bouger pendant la nuit...
  Ce matin, nous filons au Sud en direction de Marie se Draai car des lions y ont été vus le matin à plusieurs reprises. Bien avant le point d'eau, nous avisons un couple couché assez loin de la piste. Nous supposons qu'il faut attendre qu'ils aient soif.

  Au bout d'un moment, ils se dirigent vers nous, la lionne passe devant et elle est très belle:
Lionne

Lui aussi:
Lion du Kalahari

Jusqu'à maintenant, je n'avais pas trop fait attention aux autres voitures ni à leurs occupants, mais je réalise soudain que, si la plupart des visiteurs du parc font des photos, la majorité sont équipés de tous petits appareils, si bien qu'il leur faut s'approcher au maximum pour arriver à faire leur photo souvenir. A un moment, il y a tellement de véhicules que la lionne ne peut pas passer. Elle choisit alors de monter sur la colline, bientôt suivie par son compagnon. Nous les retrouverons de l'autre côté car la piste fait une grande boucle et cette fois-ci nous sommes les seuls.
  Visiblement la lionne préfère la piste, et nous allons en comprendre la raison:
Elle traîne la patte arrière droite qu'elle a du mal à poser au sol. Nous apprendrons qu'il y a eu une bagarre hier entre deux groupes de lions.
Lionne du Kalahari

  Monsieur suit toujours madame, il est magnifique et passe aussi sur la piste à côté de nous:
Lion du Kalahari

  Visiblement, il n'est pas pressé de s'approcher du point d'eau, et se montre sous les meilleurs angles:
Lion du Kalahari

  Pour finir par se poster à distance:
Lion du Kalahari

  Il y a bien de temps en temps un félin qui tente sa chance en s'éloignant du parc jusqu'à tomber sur une exploitation agricole.
Dans un parc de cette taille, qui abrite 350 lions, il est très important de contrôler cette population et d'éviter les soucis avec le voisinage. Dans de nombreux cas, les animaux qui se sont 'égarés' sont ramenés dans leur région, mais il est quand même arrivé que des lions s'obstinent à retourner finir la consommation de l'âne qu'ils avaient commencée la veille. Dans les cas désespérés, ils sont proposés aux réserves privées qui sont closes.


  Nous continuons la route en direction de Mata Mata qui est notre étape du soir.
  La grande transversale est très longue et c'est avec soulagement que nous retrouvons la belle vallée de l'Auob.

  Cet oiseau chasse les insectes à la fois dans les arbres et à leur pied, il est précédé par son chant caractéristique. C'est le
  Gonolek rouge et noir:
Gonolek rouge et noir

  Après l'embranchement d'Urikaruus, notre attention est attirée par un couple de hyènes tachetées très proches de la piste.
  La mère a fort à faire à s'occuper du petit.
  Hyène tachetée et son petit:
Hyène tachetée porte son petit

  Et l'heureux papa:
Hyène tachetée mâle


Hyène tachetée mâle

  A la hauteur de Dertiende Boorgat sur la route du haut, un guépard se tient à l'ombre; visiblement on dérange car il traverse la piste tout de suite en fixant un point en contrebas.
  Il est équipé d'un collier émetteur permettant de suivre ces animaux qui sont, rappelons le, en danger d'extinction.

  Nous sommes les témoins d'un début de chasse, car les springboks qui ne se doutent de rien s'approchent du point d'eau.
  Guépard en chasse:
Guépard en chasse

  Nous filons en vitesse sur la route du bas dans l'espoir d'assister de plus près à la chasse. Après une planque interminable, nous devons nous rendre à l'évidence: le guépard s'est installé à l'ombre et ne bouge plus.
  Nous reprenons notre avancée vers le Nord et au passage une tache rouge sous un arbre attire notre attention. Ce sont les restes d'un gnou, et un groupe de lionnes dort à proximité.

  Les girafes nous accueillent au point d'eau de Craig Lockhart; elle sont très belles et nous les regardons boire quand, tout à coup, elles partent en courant pour se retourner après une centaine de mètres.
  Girafes:
Girafes

  Deux lionceaux déboulent de la colline, en compagnie d'un jeune lion, puis plus loin de la mère. Le jeune lion doit avoir un an de plus que les lionceaux, il est bien reconnaissable à sa jolie crinière naissante:
Jeune lion et lionceaux

  Après s'être désaltérés, les jeux commencent. Nous constatons que le frère plus agé est un meilleur compagnon de jeux pour les lionceaux que la mère, qui semble parfois fatiguée.
  Ces jeux souvent amusants trahissent parfois un apprentissage des phases de leur vie future:
Lionceaux jouant

  Pendant tout ce temps, les girafes font comme nous: elles regardent la scène de loin.

Vous pouvez cliquer ici pour voir d'autres photos concernant les jours 5 et 6 du carnet de voyage


        précédent                                           suivant     Haut de page